Grand angle

On prend du recul pour explorer une vallée du paysage numérique…

Comment ça... déjà 10 ans !

Eh oui, INOUIT fête son dixième anniversaire fin 2011 : une fois n’est pas coutume, Renaud Boufflers et Aymeric Scuvie, directeurs associés et (heureux) parents d’INOUIT, reviennent  sur quelques souvenirs marquants, se remémorent les étapes clés de l’histoire de l’agence, nous parlent des évolutions du métier… Interview bougies !


Renaud, Aymeric, la question à 10 euros : où étiez-vous il y à pile 10 ans ?


Aymeric (sans hésiter) : « A Roubaix, rue du Chemin de fer, dans une toute petite pièce - à peine 10 mètres carré - avec des bureaux de fortune posés sur des tréteaux. C’était plutôt enfumé : la loi anti-tabac n’était pas encore passée par là… Dans ce local de fortune, nous étions quatre associés à nous lancer dans la grande aventure de la création, et c’était exaltant ! Je ne réalise pas trop que tout cela remonte à 10 ans. »

Renaud : « C’est là qu’on planchait pour notre tout premier client, un fabricant de couches. Pour une toute jeune entreprise, c’était plutôt un signe non ? Plus sérieusement, c’était une période particulière, pas forcément propice à la création. Economiquement c’était l’époque de l’éclatement de la bulle Internet, des tas de boîtes souffraient ou fermaient dans la région… Rien n’allait de soi. Il fallait se faire une place, aller chercher nos références, activer nos réseaux. On peut dire qu’il y en a eu, des journées de phoning et de prospection dans le dur pour assurer les lendemains… ».

Aymeric : « Les premiers temps, je me souviens que notre associée bruxelloise d’alors dormait dans le bureau, sur un canapé lit. Pendant 3 ans, on a eu la tête dans le guidon. »

A chaud, un souvenir fort sur ces 10 ans ?

Aymeric : «  En 2001, quand j’ai appris que Renaud était mis à pied de son ancien job (éclat de rire). J’étais atterré bien sûr, mais on s’est retrouvés le soir chez lui pour discuter très tard, boire du bon vin… et jeter sur la table les premières bases d’un projet commun : notre future agence web ! »

Renaud : « Moi aussi, le souvenir qui me revient spontanément, c’est une soirée juste avant le lancement : nous étions dans un restaurant bruxellois où nous avons griffonné et noirci tout au long de la soirée une nappe en papier : des schémas, des annotations, le fonctionnement idéal de notre future entreprise… Je ne sais où dort cette relique aujourd’hui, mais je donnerai beaucoup pour remettre la main dessus ! »

C’était quoi votre projet de départ, l’idée maîtresse pour INOUIT ?

Aymeric : « Déjà en 2001, nous étions persuadés qu’il fallait donner aux clients la main sur le pilotage et la mise à jour de leur outil web. C’était rarement le cas à l’époque ! Nous avons donc créé un CMS de toutes pièces allant dans ce sens et baptisé EPOLAR. Ca, c’est pour la technique. En matière d’approche métier, nous étions convaincus qu’il fallait appréhender un projet de site comme un projet de communication avant tout, que la forme devait être au service du fond. Ca aussi, c’était très nouveau en 2001 ! »

Et s’il fallait résumer les grandes étapes de la vie d’INOUIT ?

Renaud (après un temps de réflexion) : « D’abord, la création en 2001 de ce CMS – EPOLAR –dont on vient de parler. Cette étape nous a ouvert beaucoup de portes. On a alors travaillé pour les GRETA, pour nos premières municipalités… EPOLAR, c’était un avantage très compétitif ! »

Aymeric (prenant la suite) : « Oui, pendant les premières années, car vers 2004 – 2005, les outils CMS Open Source se sont développés, avec des produits de qualité sur la marché. Il nous fallait évoluer. Il se trouve que fin 2005, nous nous sommes retrouvés, Renaud et moi, à deux dans le bateau INOUIT. Le départ de nos 2 associés a coïncidé par hasard avec la victoire d’un nouveau client important, parisien cette fois : Seine-Arche, premier très grand projet sur le long terme ! Nous avons donc embauché de nouveaux collaborateurs – à commencer par Mathieu, notre premier graphiste, toujours à nos côtés aujourd’hui. Dès lors, INOUIT franchissait une étape, montait en puissance ! »

Renaud : « En 2006, nous avons gagné 9 appels d’offres sur 10. A partir de là, nous avons constitué progressivement une équipe en béton. C’était le début de quelque chose de plus pérenne, nous avions un début de notoriété. L’équipe s’est étoffée, nos premiers clients privés et grands comptes sont arrivés, complétant un portefeuille de clients très tourné sur le public et parapublic. Nous avons développé notre offre en « print », en conseil stratégique … En fait, chacun de nos 6 déménagements en 10 ans a correspondu à une étape forte. »

Aymeric (bouclant la boucle) : « Et le lancement en 2011 de NETWOK, solution exclusive créée et développée intégralement chez nous, est un nouveau virage important. Clairement, cela peut changer beaucoup de choses pour INOUIT. Wait and see. Mais nous avons encore de bonnes idées dans les cartons (rire). »

Avec un peu de recul, en quoi le métier a changé, finalement, en 10 ans ?

Aymeric : « Disons qu’aujourd’hui, la communication est de facto épicentrée web. Internet est au cœur de tous les dispositifs, et c’est légitime. Mais c’était l’inverse il y a 10 ans ! Les clients pensaient Internet en dernier lieu, c’était un outil complémentaire, presque subi… Nous pouvons aujourd’hui avoir une approche et des réflexions plus en amont, transversales, sur les problématiques de nos clients. La technique n’est là que pour venir au service de la communication, qui gravite autour du site, plus que jamais. »

Parlons de vous deux, si vous voulez bien. Comment votre binôme s’organise-t-il au quotidien ? Jamais compliqué de fonctionner en duo ?

Aymeric  (large sourire) : « Non, tout va bien ! Nous nous connaissons et nous comprenons très bien, parfois même sans vraiment parler. Bien sûr, nous débattons de toutes les décisions stratégiques. Par contre au quotidien, disons que c’est assez empirique, les choses se font naturellement (Renaud acquiesce, un sourire en coin). Nos domaines respectifs ne sont pas fixés dans le marbre. Nous nous adaptons. »

Renaud : « C’est sûr, les choses ne sont pas écrites, ni même prédéfinies entre nous. Bon, on est souvent dans la spontanéité. Nous marchons à la confiance, on laisse beaucoup de clés à nos collaborateurs, car ils sont pros, impliqués. On a longtemps défendu – et défendons toujours -  une forme de planarchie, même si avec 16 professionnels entre nos murs aujourd’hui, nous avons étoffé certains process de fonctionnement. »

Et personnellement, quel est votre moteur professionnel ?

Renaud (tout de go) : « Pour ma part, c’est l’innovation, dans tous les domaines ! Design, graphique, technique, organisation de l’entreprise…  J’aime chasser et intégrer la nouveauté. »

Aymeric : « Pareil. J’y ajoute le relationnel client : les échanges sympathiques, constructifs, enrichissants, qui se développent sur le long terme. C’est vrai, Renaud est un chasseur, moi, un éleveur ! »

Quand vous regardez en arrière, que vous inspirent ces premières 10 années ?

Renaud (longue réflexion, il hésite) : « … Je suis quand même fier de ce qui a été réalisé tous ensemble, de ce qu’est devenue l’agence, de sa bonne réputation, de la confiance des clients, de l’équipe constituée. Oui, c’est une satisfaction professionnelle. On créée des outils de qualité, sur-mesure, avec un vrai supplément d’âme. Et c’était bien le projet de départ ! »

Aymeric : « Je suis d’accord avec ça (clin d’œil). Si INOUIT est devenue ce qu’elle est, c’est grâce notamment aux salariés. Nos réalisations visent juste, nos clients apprécient nos prestations, c’est un résultat collectif. Je suis heureux de cela, car en 10 ans nous avons constitué une tribu soudée, cohérente, engagée. »

On a souvent en retour des clients la capacité d’écoute de l’agence. Vous précisez ?

Renaud : «  Disons qu’on ne se pose jamais en tant qu’expert : avec un client, tout commence par l’écoute active de ses souhaits. On pose des tas de questions, on dialogue, on reformule, on tente de bouger les lignes. On évite les a priori, on ne prend jamais de posture de spécialiste. Je pense qu’il y a une forme d’humilité naturelle chez INOUIT qui fait qu’avant de délivrer le premier conseil, on a besoin d’entendre, de connaître, de prendre le temps de la réflexion. Nous bâtissons des solutions avec le client. Nous ne pourrions pas opérer autrement. »

Parlons d’avenir : quel est le projet d’INOUIT à moyen et long terme ?

Aymeric : « Monter toujours plus en puissance dans notre capacité à appréhender des problématiques de communication dans leur globalité. Notre offre de services est amené à s’élargir et à s’approfondir. Seule constante : que le web demeure au centre de la demande du client. »

Et l’ambition maison ?

Renaud (mesurant chaque mot) : « Se positionner définitivement auprès des collecticités et des grands comptes comme un atelier haute couture du web, à taille humaine, identifié sur les projets complexes en termes de communication et de technique. »

Aymeric : «  C’est d’ailleurs le cas aujourd’hui, je pense. Nous devons maintenant creuser ce sillon. Cela passe par une réactivité totale vis-à-vis des nouvelles tendances, outils, technologies. Il faut rester sur la balle. Ca tombe bien, c’est ce qu’on aime ! »

Renaud : «  Jusqu’ à aujourd’hui, nous avons vécu une révolution technologique tous les 18 mois. De l’Internet mobile au cloud, du flash à l’HTML 5 en passant par l’avénement des réseaux sociaux… Depuis 10 ans, notre paysage professionnel évolue sans cesse. Les clients ont besoin de prestataires solides, passionnés, expérimentés et pluridisciplinaires. Et sachant accessoirement garder la tête froide en conservant le contact avec les réalités du terrain. »

Un mot de conclusion ?

Aymeric : « Comment ne pas remercier nos clients ? Sincèrement, tout part d’eux, et tout revient vers eux. Nous sommes extrêmement vigilants et soigneux de nos bonnes relations avec celles et ceux qui nous ont fait confiance depuis le début, et qui continuent de le faire. Leur fidélité, c’est quand même une magnifique récompense ! »

Renaud : « Et puis n’oublions pas l’équipe, la tribu INOUIT. Si nous avons réussi jusqu’à présent à réaliser pour nos clients des projets au cordeau, au plus près des innovations technologiques et graphiques, c’est grâce à eux : chefs de projets, développeurs, graphistes… INOUIT, c’est un état d’esprit assez unique qui se transmet des anciens aux nouveaux embauchés, naturellement. Chacun est attaché à la boîte, engagé, impliqué. Pour Aymeric et moi, c’est le meilleur des carburants ! »

 

Aymeric : « Comme on se dit chaque soir : A demain pour de nouvelles aventures ! »

Commentaires

Cat - Kumquats - 24/10/2011

Bon anniversaire Aymeric & Renaud ! Et félicitations pour Inouit, c'est vraiment une belle aventure ;)

Carole Tonneau - STLA - 24/10/2011

Quelle joie d'entendre parler de ce bon vieil Epolar ! Je l'aimais bien celui-là. Je me souviens même encore de mon code d'accès à l'interface : 65hp65... (ou un truc comme ça !) Bon anniversaire les gars. Ca me fait plaisir que vous soyez si grands !

thierry desplancke - 25/10/2011

bon anniversaire !

Inouit