Grand angle

On prend du recul pour explorer une vallée du paysage numérique…

Notre vie numérique à l’horizon 2024 (2/2)

Notre vie numérique dans 10 ans ? C’était l’objet d’une des conférences du 10ème salon annuel Le Web qui s’est déroulé aux Docks de Saint Denis, à Paris. Où en sera-t-on à l’horizon 2024 ? Exercice de style et projections affûtées dont Nunavut vous propose un dossier complet. Seconde partie dans ce numéro d’octobre 2014. Retour vers le futur (non exhaustif), chapitre 2.

Nous et nos smartphones

Nous l’avions vu dans la première partie de ce dossier, Pascal Cagni, investisseur (il est actionnaire notamment de la société Netatmo) est convaincu qu’en matière d’objets connectés, l’avenir appartient en priorité aux serial entrepreneurs sensibles aux possibilités offertes par nos téléphones. “ Oui, le hub du futur, le vrai centre nerveux de cette vie numérique qui s’annonce permanente, tourne définitivement autour du smartphone ” annonce-t-il. Dans ce cadre il mise évidemment beaucoup sur le processeur M7 qui, dans nos téléphones, est dédié à la capture et l’analyse des différentes mesures non stop... même quand l’appareil est éteint ! “Le processeur principal n’est alors plus sollicité, c’est un gain d’énergie énorme ! ” Commercialisée en 2015, l’Apple Watch - la montre connectée signée Apple - est censée relever ce challenge stratégique, celui sur lequel tout repose en termes commerciaux : l’autonomie ! “Nous sommes à l’âge de Bronze en matière d’Internet embarquée, mais la voie est claire : nous voulons moins d’objets, et ceux que nous souhaiterons garder sur nous seront connectés tout le temps, riches en fonctionnalités et intuitifs”, assure Pascal Cagni.

Santé, confort, bien-être

A l’autre bout de cette chaîne où les serial entrepreneurs créent de nouveaux objets et de fait, suscitent de nouveaux usages, il existe une autre approche, consistant à partir des objets bien concrets, usuels et quotidiens, en allant y glisser de l’intelligence. Qui aurait cru il y a peu qu’une simple chaudière, une fois connectée, pouvait nous changer la vie à la maison ? Pour Frédéric Potter (Netatmo), il est évident que chauffer des bâtiments vides n’a aucun sens. “La maîtrise des dépenses d’énergie et de rejet de CO2 est un sujet de société, résume-t-il, et le thermostat pour smartphone s’inscrit dans une démarche sociétale, au même titre que le station météo personnelle par exemple”. Notre quotidien regorgerait donc d’objets extrêmement usuels qui, une fois connectés, auraient le pouvoir de sublimer notre quotidien ? “Oui, répond tout de go Caroline Verstraete, de chez Vertigo. Faites l’effort d’imaginer simplement ce qu’un simple stylo, une fourchette ou un pèse-personne (et je ne parle même pas d’une télé) connectés au plus près de nos besoins pourraient entraîner comme flux d’infos, services utiles dans notre vie. C’est fantastique !” L’internet des objets connectés, c’est finalement une affaire de mieux-vivre : tous les objets qui marqueront cette horizon 2024 feront en priorité la part belle à notre santé, notre confort, notre bien-être.

Toujours plus d’intelligence

Rafi Haladjian va même plus loin. Le pape de la domotique soutient que l’avenir ne va pas seulement aux objets connectés “perroquet” - c’est à dire ceux qui mesurent et témoignent “simplement” de ce qui se passe à l’instant T - mais avant tout aux objets connectés capables d’analyser ce qui ne va pas, d’en tirer un enseignement et de s’adapter, réagir. “Si ma porte de maison ou d’entreprise m’informe qu’elle ne s’est pas ouverte alors que c’est le cas d’habitude au même moment, ou à l’inverse que ma porte de bureau a été ouverte alors que ce n’est pas habituel à ce même instant, je commence à trouver mon objet connecté bien plus pertinent”, explique-t-il. Même chose en matière de transport. Luc Barthélémy, société Akka : “en misant sur des capteurs économiquement abordables, nous avons repensé entièrement l’usage du véhicule de demain : ainsi, la connectivité et l’échanges d’informations en temps réel via des écrans multiples dans notre modèle de voiture intelligente permettent un dialogue entre le conducteur, les passagers, le véhicule, l’environnement et le mobilier urbain. “ Dans 10 ou 20 ans, votre voiture sera capable de vous identifier et selon vos habitudes (qu’elle connaîtra par coeur), vous proposer telle ou telle destination en suivant la carte la plus à jour, la plus pratique. Le véhicule, un peu sur le principe du peer to peer, pourra même partager avec d’autres voitures connectées les informations utiles sur la route empruntée, ou conseillée ” conclut-il.

Quelques objets connectés à suivre de près

  • La Peeble smart watch : nous ne sommes pas chez Sony ou Samsung, mais bien dans une start-up qui a créée cette montre intelligente, atypique, un poile moins complète que ses grandes sœurs peut-être, mais qui fait ce qu’elle a à faire mieux qu’ailleurs ! Autonomie excellente (1 semaine), elle vibre en cas de messages ou d’appels, elle est waterproof et est compatible Androïd et IOS et coûte moins de 200 euros. Bien sûr, elle est archi-connectée et comble de satisfaction, elle est jolie.
  • La lentille de contact intelligente : si Google et Microsoft travaillent sur des smart glasses, d'autres ont décidé de créer des lentilles de contact intelligentes. Les chercheurs de l’Université de Gand se sont attelés à la tâche et viennent de sortir un prototype. Cette lentille abrite un écran LCD capable d’afficher des images (principalement du texte) directement sur votre œil. Les précédents essais ne permettaient d'avoir qu'un écran de... deux pixels. On garde ça à l’oeil, donc… 
  • Le e-canapé ;  un canapé qui commande la télévision ? C’est la curieuse invention développée par la compagnie Joshfire : votre sofa détecte une puce RFID installée sur un téléphone ou un portefeuille et identifie l’utilisateur pour lui proposer un affichage personnalisé à l’écran.
  • Le thermostat connecté : Nest, petit boîtier au design minimaliste, est un thermostat dont l'interface se résume à une molette. C'est Tony Fadell qui a conçu cet objet. Le bonhomme a déjà fait ses preuves : il est présenté comme l'un des créateurs de l'iPod en 2001 chez Apple. Ce thermostat bourré de technologies sait, par exemple, la météo qu'il fait à l'extérieur pour adapter la température. Il passe automatiquement en mode d'économie d'énergie au bout de deux ou trois heures, en détectant automatiquement qu'il n'y a plus d'animation dans la maison grâce à des capteurs de proximité. Dans certaines familles, Nest a compris qu'il fallait passer en économie d'énergie immédiatement, vers 8 ou 9 heures du matin. Il a juste fallu qu'il analyse les données.
  • La serrure connectée : oubliez vos clés, l’angoisse de les perdre qui va avec et les questions du genre “ais-je bien fermé mon appart ? Apigy, une start-up américaine, a développé un boîtier qui a pour but de facilité la vie : le Lockitron. L’appareil s'installe sur la serrure, côté intérieur. Il peut être contrôlé à distance, de n'importe où, sur Internet ou grâce à un smartphone, via une application gratuite.
  • La Sphero 2.0 : un jouet high tech étonnant. C’est une boule télécommandée via votre smartphone. Elle roule toute seule, saute, rebondit, change de couleur. Comment ça, inutile ? C’est un jouet, on vous dit. Il y a d’ailleurs des compétitions qui se créent, des concours de Sphero… Nouvel objet, nouvel usage !

Commentaires

Inouit