Entre-nous

Le temps d’une interview, Nunavut part à la découverte d’une personnalité. Rencontre.

“Don’t make me think : l’ergonomie web à l’honneur”

Renaud Boufflers revient sur un ouvrage référence en matière d’ergonomie web : le livre de Steve Krug, “don’t make me think”, fait référence auprès de toutes celles qui, de près comme de loin, s’intéressent à la question de l’utilisabilité. le directeur associé d’Inouit vous livre les clés de cette approche qui conditionne par ailleurs toutes les créations de l’agence lilloise. Interview.

 

Pourquoi ce coup de projecteur sur le livre de Steve Krug ?

Renaud Boufflers : “Ce livre permet de rendre accessible au plus grand nombre la question stratégique de l'ergonomie du web. D’ailleurs le sous-titre du livre, "a common sense approach to web usability", résume bien le but, l’esprit de l’ouvrage. Son auteur estime à juste titre que ce thème n’est pas réservé à une caste d’experts en utilisabilité. Ils ne doivent pas être les seuls à participer à l’évolution de l’ergonomie web. En fait, Krug invite très simplement les gens qui travaillent ou s’intéressent au web à appliquer les principes qu’il prône, ou simplement à y réfléchir. Tout le monde a un rôle à jouer, à son propre niveau. Krug réussit le pari de concrétiser les principes d’ergonomie web en dressant des tas de parallèles avec le monde physique. C’est l’idéal pour que tout le monde puisse saisir les enjeux de la discipline.”

C’est quoi l’utilisabilité, aussi appelée usabilité ?

Renaud : “ c’est un secteur en pleine expansion. Son but : améliorer l'utilisation d'un produit par un groupe d'utilisateur défini, dans un contexte défini. L’utilisabilité poursuit plusieurs buts : la facilité d'apprentissage, l'efficacité, la facilité de mémorisation, la prévention des erreurs et la satisfaction de l'utilisateur...”

Si on devait résumer le propos en une phrase ?

(réflexion) : “ Sur une page web, le moindre accro en matière d’utilisabilité doit être balayé. C’est aussi simple que cela.”

Quel est le constat de départ de Don’t make me think ?

“ Les utilisateurs - les users - scannent les pages d’un regard et cliquent sur le premier lien potable, sans chercher à faire le meilleur choix. Ils sont pressés, savent qu’ils ont droit à l’erreur. Ils ne savent pas comment les sites fonctionnent et bâtissent leur propre scénario d’utilisation. Une fois qu’ils ont trouvé une manière d’utiliser un site, qu’elle soit bonne ou pas, ils continuent. Parallèlement, les concepteurs de sites ont tout intérêt à éviter que les users soient livrés à eux-mêmes : il faut augmenter leur chance de trouver la bonne info, le bon service, faire en sorte qu’ils comprennent tout ce que le site propose, aillent là où ils ont besoin d’aller… et où vous voulez qu’ils aillent ! L’avantage, c’est qu’en opérant ainsi, les users se sentent en position de maîtrise du site. C’est confortable.”

Ce qui induit quels conseils ?

“Il faut designer les sites en fonction de cette règle de l’oeil qui scanne, et non qui lit ! Designing for scanning, not reading, dit Krug. Il s’agit d’utiliser finement les conventions (breadcrump, place du logo etc), créer une vraie hiérarchie visuelle, diviser les pages en zones clairement définies, montrer efficacement ce qui est cliquable, gommer toute source de distraction, formater le contenu pour favoriser le scan... Taille et graisse des titres, listes à puces, surlignage des mots clés, textes courts…” Quid du nombre de clics ? “ Le but n’est pas de minimiser à tout prix le nombre de clics, mais bien de proposer des liens explicites. Si l’utilisateur comprend qu’il est sur le bon chemin, c’est l’essentiel.”

Quelle est l’importance de la homepage ?

“ Prioritaire ! Elle doit présenter une vue d’ensemble des contenus du site ; les premières secondes sont cruciales. Regardez, quand on entre dans un magasin de bricolage, on opère aussi par focus successifs : secteur, rayon, allée, étagère, marque, promo, etc… Ou alors on demande à un vendeur ! Avec un site web, on n’a aucune idée de la taille du site, pas de direction, pas de notion d’espace… De fait, la Homepage doit être en mesure d’offrir une première impression qui va guider la vision, agir sur notre faculté de jugement approfondi. Elle doit répondre à quatre questions clés d’un seul coup d’oeil, en réclamant le moins d’effort possible : de quoi parle-t-on ici, que puis-je y faire, pourquoi ici et pas ailleurs, qu’est ce qu’on me propose ? Il y a une cinquième question : par où commencer ? (pour chercher, voir, commander, etc). Ainsi, sur un site construit autour d’un process, le point d’entrée sera la première étape dudit process. Pour un site où il faut se connecter, on privilégie clairement login et mot de passe. Rien ne doit obscurcir ces éléments, centraux…”

On parle ici de navigation ?

“Oui. la navigation nous indique où on se trouve dans le site, nous aide à trouver ce qu’on cherche, révèle le contenu, indique comment utiliser le site… Elle doit respecter quelques conventions de base, comme la présence d’un footer, le respect de l’identité du site, la barre de recherche, le nom de la page, les onglets, la navigation de niveau en cours etc... Mais nous entrons là dans le détail des apprentissages du livre. J’invite vraiment celles et ceux qui s’intéressent à ce sujet stratégique de lire le livre de Krug. Plus que jamais, les préceptes qui y sont présentés façonnent les bonnes pratiques et conditionnent les réflexions qui mèneront à des sites conçus pour faire la différence, durablement.”

Commentaires

Inouit